RSS:

Newsletter subscribe:

Industry

The future of industry in Europe

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Wednesday, April 19, 2017
Abstract in English: 
This study analyses the key challenges for Local and Regional Authorities (LRAs) in developing a long-term, structured industrial policy, with a global view. The policy should promote structural change and raise the industrial contribution to GDP to the 20% target set by the European Commission (EC) in December 2014.
New means of production incorporate a mix of processes located in both high-cost and low-cost countries and are based on a wide range of factors enabled by technological developments. Significant changes in consumption are increasingly driven by individual needs which are more sensitive to social and environmental aspects. Together these require a more flexible, hybrid and servitisation-oriented industrial paradigm.
The way LRAs can guide this shift strictly depends on their ability to combine strengths in traditional sectors with innovative trajectories of industrial development in dynamic new sectors. Faced with a growing complexity of industrial challenges, LRAs are called on to design and implement a systemic industrial policy coordinated with national and EU level policies, pulled by vision and pushed by competition.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
140
Share: 

Shaping the Future of Construction Inspiring innovators redefine the industry

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Wednesday, March 1, 2017
Abstract in English: 
3D-printed houses, automatically designed hospitals, prefabricated skyscrapers — once futuristic dreams are now a reality as described in the new report Shaping the Future of Construction: Inspiring innovators redefine the industry developed with the World Economic Forum. It showcases and analyses 10 Lighthouse innovation cases – prominent flagship projects as well as start-ups and pilot projects – that demonstrate the potential of innovation in construction and give a glimpse of the industry’s future.
In the context of the Forum’s Future of Construction initiative, over the past year six Working Groups comprised of industry leaders, academics and experts met regularly to develop and analyse innovative ideas, their impact, the barriers to implementing solutions and the way forward to overcoming obstacles and implementing modern approaches in the construction and engineering industry.
This white paper presents the outcome of this work in the form of insight articles proposing innovative solutions on how to address the construction sector’s key challenges.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
96
Share: 

The future of additive manufacturing - 3D printing

Title Original Language: 
Futur de la fabrication additive
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Friday, March 3, 2017
Abstract in English: 
The innovative power of additive manufacturing, also known as 3D printing, lies in the way in which objects are designed and produced. The variety of processes used means that applications can be developed for industry – such as the creation of equipment or intermediate products – as well as for consumers. The technology, which has had several decades to mature, is making leaps and bounds, and has the potential to be deployed on a much wider scale in the future.

An in-depth review examines the various parts of the market, including the different stakeholders involved, the users (manufacturers and the general public) as well as the various ecosystems that create synergy between the various initiatives. It highlights the potential of additive manufacturing, in terms of boosting the competitiveness of French companies and creating opportunities in France's regions.

The review also includes four possible scenarios that show how the market could develop, and lists the roadblocks and drivers that influence each one. They are entitled "prototyping and experimentation", "scale-up of customisation", "mass production and performance improvements" and "shifts in the value chain". The goal of the resulting recommendations is to improve the conditions for providing support for stakeholders so that additive manufacturing can reach its full potential.

The methods used, the results obtained and the recommendations are the sole responsibility of the authors of the study.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
250
Country Original Language: 
Share: 

Preparing Europe for the next 25 years

Title Original Language: 
Préparer l'Europe pour les 25 prochaines années
Abstract Original Language: 
'Préparer l'Europe pour les 25 prochaines années' est une contribution du Secrétaire Général du Parlement européen pour ESPAS (The European Strategy and Policy Analysis System). ESPAS est un cadre de coopération et de consultation, au niveau administratif, sur une base volontaire, entre le Parlement européen, la Commission européenne, le Conseil de l'Union européenne et le Service d'Action extérieure, avec le Comité des Régions et le Comité économique et social en tant qu'observateurs, dans le but d'analyser ensemble les tendances à court et moyen termes pertinentes pour l'Union européenne
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Sunday, May 15, 2016
Abstract in English: 
Preparing Europe for the next 25 years is a contribution from the Secretary General of the European Parliament to the European Strategy and Policy Analysis System (ESPAS). ESPAS provides a framework for cooperation and consultation at administrative level, on a voluntary basis, between the European Parliament, the European Commission, the Council of the European Union, and the European External Action Service, with the Committee of the Regions and the European Economic and Social Committee as observers, to work together on medium and long-term trends facing or relating to the European Union.
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
37
Country Original Language: 
Share: 

Innovative uses of cars and new ways of getting around

Title Original Language: 
Usages novateurs de la voiture et nouvelles mobilités
Abstract Original Language: 
Ce travail se donne pour objectif d’explorer de nouvelles voies d’interprétation de l’émergence et de la transition des transports contemporains vers les nouveaux services de mobilité automobile. Aujourd’hui, les « nouvelles mobilités » font, en effet, figure de « nouvelle frontière » pour une partie du monde politique et intellectuel. Elles sont parées des vertus supposées d’une « croissance verte » qui redonnerait l’avantage aux pays et territoires mis à mal par la mondialisation et ses effets désindustrialisant. Ces nouvelles mobilités permettraient, selon cette croyance, de tourner le dos à un XXe siècle où l’on aurait confondu le progrès avec la croissance infinie d’une production industrielle aussi polluante qu’aliénante pour les consommateurs comme pour les travailleurs. Dans le programme politique qu’elles sous-entendent, ces nouvelles formes de mobilité engageraient les individus à réfléchir de manière plus collective et entrepreneuriale. Elles permettraient de créer de nouveaux besoins et de nouveaux profits dans la droite ligne des grandes thématiques contemporaines que sont le
numérique et l’écologie. Symbole d’une vision « high-tech » de l’écologie, ces nouvelles formes de mobilités tendent à se constituer comme un nouveau paradigme de l’automobile. Celui-ci serait appelé à structurer de nouveaux écosystèmes d’affaires qui permettraient d’amorcer une transition vers « le futur ». Aujourd’hui, on attribue bien volontiers à l’industrie automobile, à ses usines et à ses acteurs, les caractéristiques d’une économie vieillissante et conservatrice, incapable de se recomposer et d’adhérer à ce « nouveau paradigme ». Dans la vision positiviste dominante, l’industrie automobile est d’emblée condamnée. Elle représente une vision passéiste de l’économie et de la société, avec laquelle il est politiquement de plus en plus difficile de s’imposer.

L’idée que nous défendons dans ce rapport est que l’on peut entrevoir la dynamique des nouvelles mobilités et des nouveaux services automobiles à travers un prisme « industrialiste » et écologique, c'est-à-dire, comme un moyen de répondre aux impératifs sociaux et environnementaux auxquels est confrontée la société française ainsi que son industrie. En effet, nous pensons que, plutôt que d’opposer un « ancien » et un « nouveau monde » des mobilités automobiles, il est aujourd’hui indispensable d’identifier et de développer des « ponts » entre l’industrie automobile et les nouveaux services de mobilité aujourd’hui en pleine expansion.

Ce rapport propose d’évaluer les potentialités d’une telle hypothèse et d’identifier des voies de transition vers une massification des nouveaux usages automobiles.
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Wednesday, February 1, 2017
Abstract in English: 
Usage rather than ownership of vehicles is driving the expansion of car sharing and carpooling, among other new uses. Driven by the digital revolution, these new services are expected to radically transform how we get around, and will change the relationship between the various stakeholders – both newcomers and long-standing players – that contribute to its implementation.

This forward-looking analysis uses a variety of scenarios to examine the economic and environmental gains if such services expand and gain traction across the country. Such a shift would mean an optimised fleet of automobiles that are used more intensively and renewed more often. The study's recommendations call for expanded synergies between stakeholders, with possible public-sector support.

The methodology used, the results obtained and the recommendations are the sole responsibility of the authors of the study, and do not represent the views of the Pipame, the DGE or the other sponsors.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
269
Share: 

Made in China 2025: The making of a high-tech superpower and consequences for industrial countries

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Sunday, December 25, 2016
Abstract in English: 
China has launched a high-tech revolution: Beijing has devised an industrial masterplan named "Made in China 2025" and is investing billions to turn China into one of the leading industrial countries by 2049. In 2015, Beijing initiated a master plan called “Made in China 2025”, aimed at turning the country into a production hub for high-tech products within the next few decades. According to the plan, the domestic market share of Chinese suppliers for "basic core components and important basic materials" is intended to increase to 70 per cent by 2025.

China strives for market leadership in main growth areas for a large number of industrial countries. Information technology, computerised machines, robots, energy-saving vehicles, medical devices as well as high-tech equipment for aerospace technology, maritime and rail transport are in the focus of the major industrial revamp called "Made in China 2025."

As the latest MERICS Paper on China shows, China's ambitious strategy is starting to bear fruit. Industrial countries like Germany and the United States have to be prepared for strong competition.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
76
Share: 

Mutations économiques du secteur de l’industrie des métaux non ferreux

Title Original Language: 
Mutations économiques du secteur de l’industrie des métaux non ferreux
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Thursday, April 2, 2015
Abstract in English: 
Le secteur des métaux non ferreux est un fournisseur incontournable d’autres secteurs majeurs de l’industrie française. Par les innovations technologiques qu’il porte, il met également à disposition de ces secteurs aval des solutions innovantes et apparaît ainsi comme un maillon essentiel de la chaîne industrielle. Les métaux non ferreux, qu’il s’agisse des métaux traditionnels ou à haute intensité technologiques (dits high-tech), trouvent leurs applications dans de nombreux secteurs industriels comme les matériels de transport, le bâtiment, l'aéronautique, l'automobile, les matériels électriques et électroniques, les équipements domestiques et emballages ou encore les industries mécaniques. Plus particulièrement, l’utilisation des métaux high-tech (ou les alliages utilisant ces métaux) permet d’induire des caractéristiques mécaniques et physico-chimiques propices aux innovations technologiques et aux technologies de rupture. L’industrie française des métaux non ferreux a connu, durant cette dernière décennie, des évolutions marquantes de ses marchés et un contexte concurrentiel mondial renforcé qui ont conduit à de profondes recompositions de son appareil productif. Au niveau mondial, le déplacement du centre de gravité de la croissance économique vers les pays émergents et le ralentissement de la croissance de la demande lié à la crise économique ont engendré, en France et en Europe, une baisse d’activité de la quasi-totalité des secteurs consommateurs de métaux non ferreux. L’analyse prospective à l’horizon de 15-20 ans fait ressortir différents facteurs qui devraient agir sur les marchés des métaux non ferreux. En termes de volumes, les applications dans les infrastructures bénéficieront d’une croissance rapide dans les pays émergents, alors que dans les pays matures, les marchés reposeront davantage sur des remplacements, des améliorations, des adaptations à de nouveaux modes de consommation et production, avec une croissance plus faible. Concernant les biens de consommation et d’équipement des ménages, tels que l’automobile, la croissance mondiale en volume sera principalement tirée par les pays émergents. Dans les pays matures, les facteurs de croissance dépendront notamment des réponses et solutions qui pourront être apportées aux besoins de nouveaux modes de consommation et de production, tels que l’optimisation et l’efficacité des matériaux, les développements technologiques combinés à la montée en puissance des technologies de l’information et de la communication (TIC), ou encore la capacité de satisfaire aux exigences environnementales. Les acteurs français disposent d’atouts et de potentialités pour réaliser des productions à haute intensité technologique et à forte valeur ajoutée. Le défi pour les acteurs français est alors d’acquérir ou de confirmer un avantage compétitif par rapport à des concurrents, y compris issus de pays émergents, prompts à progresser sur une courbe d’expérience comparable et à rivaliser sur des créneaux identiques. Dans le domaine des métaux non ferreux, la diffusion de nouvelles technologies et/ou de nouveaux matériaux bénéficie du rôle actif de quelques donneurs d’ordres, acteurs institutionnels et centres techniques. Globalement, les projets et les initiatives émergent en ordre dispersé, et une meilleure coordination au niveau national serait souhaitable. De nombreux métaux non ferreux (cuivre, aluminium, métaux précieux et high-tech) bénéficient de l’apport des TIC, et notamment de l’électronique embarquée, tous types de véhicules confondus (aéronefs, trains, automobiles, etc.).
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
232
Country Original Language: 
Share: 
Topics: 

Usages novateurs de la voiture et nouvelles mobilités

Title Original Language: 
Usages novateurs de la voiture et nouvelles mobilités
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Thursday, January 14, 2016
Abstract in English: 
Ce travail se donne pour objectif d’explorer de nouvelles voies d’interprétation de l’émergence et de la transition des transports contemporains vers les nouveaux services de mobilité automobile. Aujourd’hui, les "nouvelles mobilités" font, en effet, figure de "nouvelle frontière" pour une partie du monde politique et intellectuel. Elles sont parées des vertus supposées d’une "croissance verte" qui redonnerait l’avantage aux pays et territoires mis à mal par la mondialisation et ses effets désindustrialisant. Ces nouvelles mobilités permettraient, selon cette croyance, de tourner le dos à un XXe siècle où l’on aurait confondu le progrès avec la croissance infinie d’une production industrielle aussi polluante qu’aliénante pour les consommateurs comme pour les travailleurs. Dans le programme politique qu’elles sous-entendent, ces nouvelles formes de mobilité engageraient les individus à réfléchir de manière plus collective et entrepreneuriale. Elles permettraient de créer de nouveaux besoins et de nouveaux profits dans la droite ligne des grandes thématiques contemporaines que sont le numérique et l’écologie. Symbole d’une vision "high-tech" de l’écologie, ces nouvelles formes de mobilités tendent à se constituer comme un nouveau paradigme de l’automobile. Celui-ci serait appelé à structurer de nouveaux écosystèmes d’affaires qui permettraient d’amorcer une transition vers "le futur". Aujourd’hui, on attribue bien volontiers à l’industrie automobile, à ses usines et à ses acteurs, les caractéristiques d’une économie vieillissante et conservatrice, incapable de se recomposer et d’adhérer à ce "nouveau paradigme". Dans la vision positiviste dominante, l’industrie automobile est d’emblée condamnée. Elle représente une vision passéiste de l’économie et de la société, avec laquelle il est politiquement de plus en plus difficile de s’imposer. L’idée que nous défendons dans ce rapport est que l’on peut entrevoir la dynamique des nouvelles mobilités et des nouveaux services automobiles à travers un prisme "industrialiste" et écologique, c'est-à-dire, comme un moyen de répondre aux impératifs sociaux et environnementaux auxquels est confrontée la société française ainsi que son industrie. En effet, nous pensons que, plutôt que d’opposer un "ancien" et un "nouveau monde" des mobilités automobiles, il est aujourd’hui indispensable d’identifier et de développer des "ponts" entre l’industrie automobile et les nouveaux services de mobilité
aujourd’hui en pleine expansion. Ce rapport propose d’évaluer les potentialités d’une telle hypothèse et d’identifier des voies de transition vers une massification des nouveaux usages automobiles.
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
270
Country Original Language: 
Share: 

Analyse du marché et des acteurs de la filière industrielle française de sécurité

Title Original Language: 
Analyse du marché et des acteurs de la filière industrielle française de sécurité
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Thursday, November 19, 2015
Abstract in English: 
Depuis le début du 21ème siècle, de nombreux risques ont mis la sécurité à l’ordre du jour des préoccupations des citoyens et des pouvoirs publics. Depuis le début des années 1980, le besoin de sécurité est ressenti avec de plus en plus de force en France et en Europe, et encore plus aux États-Unis. La filière de la sécurité répond à ce besoin, et elle comprend, outre le coeur des industries de sécurité, des services privés et surtout un important secteur de services publics de sécurité non marchands (police et gendarmerie nationales, douanes, polices municipales, sécurité civile dont certaines unités militaires, pompiers, justice, administration pénitentiaire). La filière de sécurité répond à un besoin fondamental des citoyens, cela ne fait aucun doute, et elle constitue une activité majeure. Elle est cependant mal connue faute d’un instrument adéquat de suivi statistique par exemple. C’est pourquoi les pouvoirs publics ont lancé une étude visant à affiner les premières estimations de l’importance économique du secteur de la Sécurité contenues dans le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité nationale publié en 2013. En parallèle, la Commission européenne a lancé une étude sur la filière de la sécurité au plan européen. La filière de la sécurité, et plus particulièrement sa composante industrielle, est en plein développement depuis les années 2000. Elle représentait au total en France en 2013 un volume d’affaires de 60 milliards d’euros et près d’un million d’emplois publics et privés. Le secteur marchand et industriel s’appuie pour sa part, sur un tissu d’entreprises comprenant de grands groupes internationaux et des PME innovantes et fortement exportatrices. C’est une filière en forte croissance. Entre 2003 et 2013 le chiffre d’affaires des produits et services de sécurité s’est développé sensiblement davantage que le PIB, au rythme soutenu de 5% par an jusqu’à la crise de 2008 et réduit à 2% par an ensuite. Dans la période à venir (de 2013 à 2020), la croissance devrait repartir et retrouver sensiblement le même niveau qu’avant la crise (à 5,1% par an selon nos estimations). C’est une filière en mutation. Ces chiffres moyens cachent en réalité une mutation de la filière. La partie traditionnelle des activités de sécurité (protection physique, services de gardiennage) stagne, alors que des domaines nouveaux comme les produits et systèmes numériques et robotiques, ou la cybersécurité, sont en très forte croissance. Cela traduit une mutation de la société elle-même qui se "numérise" et se prépare aux évolutions telles que les réseaux intelligents, les villes intelligentes, les automobiles et les objets connectés, et plus généralement, l’utilisation exponentielles de capteurs toujours plus performants et miniaturisés dont les informations nécessitent stockage et traitement. Toutes leurs applications nécessitent d’être fortement sécurisées et d’intégrer des dispositions de protection de la vie privée dès leur conception (ingénierie de type "privacy by design"). Ces évolutions offrent de formidables opportunités pour l’industrie et les entreprises françaises et européennes, qui nécessiteront de la part de tous les acteurs impliqués des visions audacieuses et une grande rapidité de mise oeuvre pour être saisies.
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
32
Country Original Language: 
Share: 

Enjeux et perspectives des filières industrielles de la valorisation énergétique du sous-sol profond

Title Original Language: 
Enjeux et perspectives des filières industrielles de la valorisation énergétique du sous-sol profond
Abstract Original Language: 
Cette étude vise à établir un diagnostic quantitatif et qualitatif des acteurs implantés sur le territoire français des filières de la valorisation énergétique du sous-sol profond et de la structuration de ces filières. Ces filières comprennent l’exploration et la production pétrolières et gazières (E&P), le stockage géologique d’hydrocarbures liquides et gazeux, le stockage géologique de CO2 et la géothermie profonde. Réalisée entre mi-2014 et mi-2015, cette étude a été conduite dans une période de changements significatifs tant structurels que conjoncturels, avec notamment un retournement marqué des prix des énergies fossiles. La conjonction de ces facteurs internes et externes amène les différents acteurs des filières à promouvoir des pistes innovantes d’accompagnement pour affirmer la compétitivité et l’expertise des entreprises des filières en France et sur les marchés à l’export, tout en construisant un modèle d’exploitation responsable et durable du sous-sol profond, vectrices d’emplois sur le sol national. La France a pris des engagements énergétiques forts à moyen et long termes. Le pays prévoit notamment de réduire sa consommation d’énergie finale de 20% en 2030 et 50% en 2050 par rapport à 2012, de baisser sa consommation d’énergies fossiles de 30% en 2030 et d’augmenter la part des renouvelables à 23% en 2020 et 32% en 2030. À l’heure actuelle, les hydrocarbures assurent encore 44% de la consommation d’énergie primaire en France métropolitaine, avec une part croissante de la consommation de gaz naturel. Même si les énergies renouvelables sont en croissance, l’électricité est produite majoritairement à partir du nucléaire (74% en 2013). Le processus de transition énergétique doit être envisagé sur une longue période et l’évolution des filières énergétiques du sous-sol profond doit être repensée en synergie avec ce processus et au vu des questions de dépendance énergétique et de réindustrialisation du territoire français. Dans le contexte actuel de promotion de la transition énergétique, l’État n’intègre pas la filière de l’E&P alors qu’elle a un rôle certain à y jouer à l’horizon 2050, par exemple au travers de transferts technologiques, d’une utilisation propre des énergies fossiles ou encore du rôle du gaz naturel dans ce processus. Plus globalement, l’ensemble des filières répond à l’objectif de transition énergétique vers un mix moins carboné par l’utilisation de la géothermie profonde pour la production de chaleur et d’électricité, à l’exigence de sécurité énergétique par une exploitation des énergies fossiles raisonnée et respectueuse de l’environnement et, enfin, à la nécessité de proposer des solutions de stockage d’énergies propres pour compenser l’intermittence des énergies renouvelables. Enfin, les filières énergétiques du sous-sol profond constituent des éléments structurants du tissu industriel français et contribuent au rééquilibrage de la balance commerciale par leurs exportations. L’intérêt de maintenir le dynamisme et la compétitivité de ce tissu industriel est réel dans une optique d’attractivité globale de l’ensemble de l’industrie française et de maintien de l’emploi sur le territoire. Des filières historiques, au coeur de la politique énergétique française, tirées par des champions agissant sur la scène internationale, générant de l’emploi et un fort chiffre d’affaires principalement à l’exportation.
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Friday, March 11, 2016
Abstract in English: 
Cette étude vise à établir un diagnostic quantitatif et qualitatif des acteurs implantés sur le territoire français des filières de la valorisation énergétique du sous-sol profond et de la structuration de ces filières. Ces filières comprennent l’exploration et la production pétrolières et gazières (E&P), le stockage géologique d’hydrocarbures liquides et gazeux, le stockage géologique de CO2 et la géothermie profonde. Réalisée entre mi-2014 et mi-2015, cette étude a été conduite dans une période de changements significatifs tant structurels que conjoncturels, avec notamment un retournement marqué des prix des énergies fossiles. La conjonction de ces facteurs internes et externes amène les différents acteurs des filières à promouvoir des pistes innovantes d’accompagnement pour affirmer la compétitivité et l’expertise des entreprises des filières en France et sur les marchés à l’export, tout en construisant un modèle d’exploitation responsable et durable du sous-sol profond, vectrices d’emplois sur le sol national. La France a pris des engagements énergétiques forts à moyen et long termes. Le pays prévoit notamment de réduire sa consommation d’énergie finale de 20% en 2030 et 50% en 2050 par rapport à 2012, de baisser sa consommation d’énergies fossiles de 30% en 2030 et d’augmenter la part des renouvelables à 23% en 2020 et 32% en 2030. À l’heure actuelle, les hydrocarbures assurent encore 44% de la consommation d’énergie primaire en France métropolitaine, avec une part croissante de la consommation de gaz naturel. Même si les énergies renouvelables sont en croissance, l’électricité est produite majoritairement à partir du nucléaire (74% en 2013). Le processus de transition énergétique doit être envisagé sur une longue période et l’évolution des filières énergétiques du sous-sol profond doit être repensée en synergie avec ce processus et au vu des questions de dépendance énergétique et de réindustrialisation du territoire français. Dans le contexte actuel de promotion de la transition énergétique, l’État n’intègre pas la filière de l’E&P alors qu’elle a un rôle certain à y jouer à l’horizon 2050, par exemple au travers de transferts technologiques, d’une utilisation propre des énergies fossiles ou encore du rôle du gaz naturel dans ce processus. Plus globalement, l’ensemble des filières répond à l’objectif de transition énergétique vers un mix moins carboné par l’utilisation de la géothermie profonde pour la production de chaleur et d’électricité, à l’exigence de sécurité énergétique par une exploitation des énergies fossiles raisonnée et respectueuse de l’environnement et, enfin, à la nécessité de proposer des solutions de stockage d’énergies propres pour compenser l’intermittence des énergies renouvelables. Enfin, les filières énergétiques du sous-sol profond constituent des éléments structurants du tissu industriel français et contribuent au rééquilibrage de la balance commerciale par leurs exportations. L’intérêt de maintenir le dynamisme et la compétitivité de ce tissu industriel est réel dans une optique d’attractivité globale de l’ensemble de l’industrie française et de maintien de l’emploi sur le territoire. Des filières historiques, au coeur de la politique énergétique française, tirées par des champions agissant sur la scène internationale, générant de l’emploi et un fort chiffre d’affaires principalement à l’exportation.
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
192
Country Original Language: 
Share: 

Pages

Subscribe to RSS - Industry