RSS:

Newsletter subscribe:

Industry

Usages novateurs de la voiture et nouvelles mobilités

Title Original Language: 
Usages novateurs de la voiture et nouvelles mobilités
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Thursday, January 14, 2016
Abstract in English: 
Ce travail se donne pour objectif d’explorer de nouvelles voies d’interprétation de l’émergence et de la transition des transports contemporains vers les nouveaux services de mobilité automobile. Aujourd’hui, les "nouvelles mobilités" font, en effet, figure de "nouvelle frontière" pour une partie du monde politique et intellectuel. Elles sont parées des vertus supposées d’une "croissance verte" qui redonnerait l’avantage aux pays et territoires mis à mal par la mondialisation et ses effets désindustrialisant. Ces nouvelles mobilités permettraient, selon cette croyance, de tourner le dos à un XXe siècle où l’on aurait confondu le progrès avec la croissance infinie d’une production industrielle aussi polluante qu’aliénante pour les consommateurs comme pour les travailleurs. Dans le programme politique qu’elles sous-entendent, ces nouvelles formes de mobilité engageraient les individus à réfléchir de manière plus collective et entrepreneuriale. Elles permettraient de créer de nouveaux besoins et de nouveaux profits dans la droite ligne des grandes thématiques contemporaines que sont le numérique et l’écologie. Symbole d’une vision "high-tech" de l’écologie, ces nouvelles formes de mobilités tendent à se constituer comme un nouveau paradigme de l’automobile. Celui-ci serait appelé à structurer de nouveaux écosystèmes d’affaires qui permettraient d’amorcer une transition vers "le futur". Aujourd’hui, on attribue bien volontiers à l’industrie automobile, à ses usines et à ses acteurs, les caractéristiques d’une économie vieillissante et conservatrice, incapable de se recomposer et d’adhérer à ce "nouveau paradigme". Dans la vision positiviste dominante, l’industrie automobile est d’emblée condamnée. Elle représente une vision passéiste de l’économie et de la société, avec laquelle il est politiquement de plus en plus difficile de s’imposer. L’idée que nous défendons dans ce rapport est que l’on peut entrevoir la dynamique des nouvelles mobilités et des nouveaux services automobiles à travers un prisme "industrialiste" et écologique, c'est-à-dire, comme un moyen de répondre aux impératifs sociaux et environnementaux auxquels est confrontée la société française ainsi que son industrie. En effet, nous pensons que, plutôt que d’opposer un "ancien" et un "nouveau monde" des mobilités automobiles, il est aujourd’hui indispensable d’identifier et de développer des "ponts" entre l’industrie automobile et les nouveaux services de mobilité
aujourd’hui en pleine expansion. Ce rapport propose d’évaluer les potentialités d’une telle hypothèse et d’identifier des voies de transition vers une massification des nouveaux usages automobiles.
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
270
Country Original Language: 
Share: 

Analyse du marché et des acteurs de la filière industrielle française de sécurité

Title Original Language: 
Analyse du marché et des acteurs de la filière industrielle française de sécurité
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Thursday, November 19, 2015
Abstract in English: 
Depuis le début du 21ème siècle, de nombreux risques ont mis la sécurité à l’ordre du jour des préoccupations des citoyens et des pouvoirs publics. Depuis le début des années 1980, le besoin de sécurité est ressenti avec de plus en plus de force en France et en Europe, et encore plus aux États-Unis. La filière de la sécurité répond à ce besoin, et elle comprend, outre le coeur des industries de sécurité, des services privés et surtout un important secteur de services publics de sécurité non marchands (police et gendarmerie nationales, douanes, polices municipales, sécurité civile dont certaines unités militaires, pompiers, justice, administration pénitentiaire). La filière de sécurité répond à un besoin fondamental des citoyens, cela ne fait aucun doute, et elle constitue une activité majeure. Elle est cependant mal connue faute d’un instrument adéquat de suivi statistique par exemple. C’est pourquoi les pouvoirs publics ont lancé une étude visant à affiner les premières estimations de l’importance économique du secteur de la Sécurité contenues dans le Livre Blanc sur la Défense et la Sécurité nationale publié en 2013. En parallèle, la Commission européenne a lancé une étude sur la filière de la sécurité au plan européen. La filière de la sécurité, et plus particulièrement sa composante industrielle, est en plein développement depuis les années 2000. Elle représentait au total en France en 2013 un volume d’affaires de 60 milliards d’euros et près d’un million d’emplois publics et privés. Le secteur marchand et industriel s’appuie pour sa part, sur un tissu d’entreprises comprenant de grands groupes internationaux et des PME innovantes et fortement exportatrices. C’est une filière en forte croissance. Entre 2003 et 2013 le chiffre d’affaires des produits et services de sécurité s’est développé sensiblement davantage que le PIB, au rythme soutenu de 5% par an jusqu’à la crise de 2008 et réduit à 2% par an ensuite. Dans la période à venir (de 2013 à 2020), la croissance devrait repartir et retrouver sensiblement le même niveau qu’avant la crise (à 5,1% par an selon nos estimations). C’est une filière en mutation. Ces chiffres moyens cachent en réalité une mutation de la filière. La partie traditionnelle des activités de sécurité (protection physique, services de gardiennage) stagne, alors que des domaines nouveaux comme les produits et systèmes numériques et robotiques, ou la cybersécurité, sont en très forte croissance. Cela traduit une mutation de la société elle-même qui se "numérise" et se prépare aux évolutions telles que les réseaux intelligents, les villes intelligentes, les automobiles et les objets connectés, et plus généralement, l’utilisation exponentielles de capteurs toujours plus performants et miniaturisés dont les informations nécessitent stockage et traitement. Toutes leurs applications nécessitent d’être fortement sécurisées et d’intégrer des dispositions de protection de la vie privée dès leur conception (ingénierie de type "privacy by design"). Ces évolutions offrent de formidables opportunités pour l’industrie et les entreprises françaises et européennes, qui nécessiteront de la part de tous les acteurs impliqués des visions audacieuses et une grande rapidité de mise oeuvre pour être saisies.
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
32
Country Original Language: 
Share: 

Enjeux et perspectives des filières industrielles de la valorisation énergétique du sous-sol profond

Title Original Language: 
Enjeux et perspectives des filières industrielles de la valorisation énergétique du sous-sol profond
Abstract Original Language: 
Cette étude vise à établir un diagnostic quantitatif et qualitatif des acteurs implantés sur le territoire français des filières de la valorisation énergétique du sous-sol profond et de la structuration de ces filières. Ces filières comprennent l’exploration et la production pétrolières et gazières (E&P), le stockage géologique d’hydrocarbures liquides et gazeux, le stockage géologique de CO2 et la géothermie profonde. Réalisée entre mi-2014 et mi-2015, cette étude a été conduite dans une période de changements significatifs tant structurels que conjoncturels, avec notamment un retournement marqué des prix des énergies fossiles. La conjonction de ces facteurs internes et externes amène les différents acteurs des filières à promouvoir des pistes innovantes d’accompagnement pour affirmer la compétitivité et l’expertise des entreprises des filières en France et sur les marchés à l’export, tout en construisant un modèle d’exploitation responsable et durable du sous-sol profond, vectrices d’emplois sur le sol national. La France a pris des engagements énergétiques forts à moyen et long termes. Le pays prévoit notamment de réduire sa consommation d’énergie finale de 20% en 2030 et 50% en 2050 par rapport à 2012, de baisser sa consommation d’énergies fossiles de 30% en 2030 et d’augmenter la part des renouvelables à 23% en 2020 et 32% en 2030. À l’heure actuelle, les hydrocarbures assurent encore 44% de la consommation d’énergie primaire en France métropolitaine, avec une part croissante de la consommation de gaz naturel. Même si les énergies renouvelables sont en croissance, l’électricité est produite majoritairement à partir du nucléaire (74% en 2013). Le processus de transition énergétique doit être envisagé sur une longue période et l’évolution des filières énergétiques du sous-sol profond doit être repensée en synergie avec ce processus et au vu des questions de dépendance énergétique et de réindustrialisation du territoire français. Dans le contexte actuel de promotion de la transition énergétique, l’État n’intègre pas la filière de l’E&P alors qu’elle a un rôle certain à y jouer à l’horizon 2050, par exemple au travers de transferts technologiques, d’une utilisation propre des énergies fossiles ou encore du rôle du gaz naturel dans ce processus. Plus globalement, l’ensemble des filières répond à l’objectif de transition énergétique vers un mix moins carboné par l’utilisation de la géothermie profonde pour la production de chaleur et d’électricité, à l’exigence de sécurité énergétique par une exploitation des énergies fossiles raisonnée et respectueuse de l’environnement et, enfin, à la nécessité de proposer des solutions de stockage d’énergies propres pour compenser l’intermittence des énergies renouvelables. Enfin, les filières énergétiques du sous-sol profond constituent des éléments structurants du tissu industriel français et contribuent au rééquilibrage de la balance commerciale par leurs exportations. L’intérêt de maintenir le dynamisme et la compétitivité de ce tissu industriel est réel dans une optique d’attractivité globale de l’ensemble de l’industrie française et de maintien de l’emploi sur le territoire. Des filières historiques, au coeur de la politique énergétique française, tirées par des champions agissant sur la scène internationale, générant de l’emploi et un fort chiffre d’affaires principalement à l’exportation.
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Friday, March 11, 2016
Abstract in English: 
Cette étude vise à établir un diagnostic quantitatif et qualitatif des acteurs implantés sur le territoire français des filières de la valorisation énergétique du sous-sol profond et de la structuration de ces filières. Ces filières comprennent l’exploration et la production pétrolières et gazières (E&P), le stockage géologique d’hydrocarbures liquides et gazeux, le stockage géologique de CO2 et la géothermie profonde. Réalisée entre mi-2014 et mi-2015, cette étude a été conduite dans une période de changements significatifs tant structurels que conjoncturels, avec notamment un retournement marqué des prix des énergies fossiles. La conjonction de ces facteurs internes et externes amène les différents acteurs des filières à promouvoir des pistes innovantes d’accompagnement pour affirmer la compétitivité et l’expertise des entreprises des filières en France et sur les marchés à l’export, tout en construisant un modèle d’exploitation responsable et durable du sous-sol profond, vectrices d’emplois sur le sol national. La France a pris des engagements énergétiques forts à moyen et long termes. Le pays prévoit notamment de réduire sa consommation d’énergie finale de 20% en 2030 et 50% en 2050 par rapport à 2012, de baisser sa consommation d’énergies fossiles de 30% en 2030 et d’augmenter la part des renouvelables à 23% en 2020 et 32% en 2030. À l’heure actuelle, les hydrocarbures assurent encore 44% de la consommation d’énergie primaire en France métropolitaine, avec une part croissante de la consommation de gaz naturel. Même si les énergies renouvelables sont en croissance, l’électricité est produite majoritairement à partir du nucléaire (74% en 2013). Le processus de transition énergétique doit être envisagé sur une longue période et l’évolution des filières énergétiques du sous-sol profond doit être repensée en synergie avec ce processus et au vu des questions de dépendance énergétique et de réindustrialisation du territoire français. Dans le contexte actuel de promotion de la transition énergétique, l’État n’intègre pas la filière de l’E&P alors qu’elle a un rôle certain à y jouer à l’horizon 2050, par exemple au travers de transferts technologiques, d’une utilisation propre des énergies fossiles ou encore du rôle du gaz naturel dans ce processus. Plus globalement, l’ensemble des filières répond à l’objectif de transition énergétique vers un mix moins carboné par l’utilisation de la géothermie profonde pour la production de chaleur et d’électricité, à l’exigence de sécurité énergétique par une exploitation des énergies fossiles raisonnée et respectueuse de l’environnement et, enfin, à la nécessité de proposer des solutions de stockage d’énergies propres pour compenser l’intermittence des énergies renouvelables. Enfin, les filières énergétiques du sous-sol profond constituent des éléments structurants du tissu industriel français et contribuent au rééquilibrage de la balance commerciale par leurs exportations. L’intérêt de maintenir le dynamisme et la compétitivité de ce tissu industriel est réel dans une optique d’attractivité globale de l’ensemble de l’industrie française et de maintien de l’emploi sur le territoire. Des filières historiques, au coeur de la politique énergétique française, tirées par des champions agissant sur la scène internationale, générant de l’emploi et un fort chiffre d’affaires principalement à l’exportation.
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
192
Country Original Language: 
Share: 

Enjeux et perspectives des industries du sport en France et à l’international

Title Original Language: 
Enjeux et perspectives des industries du sport en France et à l’international
Keywords: 
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Thursday, June 9, 2016
Abstract in English: 
Dans le cadre de sa mission de développement de la compétitivité et de la croissance des entreprises françaises de l’industrie et des services, la Direction générale des entreprises s’est associée à la Direction des sports pour réaliser une étude à finalité prospective, portant sur la fabrication et la distribution d’articles et d’équipements sportifs en France. Cette réflexion s’articule autour de quatre principaux objectifs: 1. Caractériser les industries du sport sous un angle quantitatif (données économiques, évolutiondes pratiques, etc.) et qualitatif (élaboration de typologies, positionnement des acteurs, etc.) et développer une double approche "Demande" et "Offre" à finalité prospective: a) comprendre les pratiques, besoins et attentes de la clientèle et identifier des gisements de marché potentiels; b) identifier les facteurs clés de succès des entreprises et analyser leurs perspectives et trajectoires d’évolution. 2. Établir une synthèse des enjeux et des opportunités des marchés du sport et mettre en regard les forces et faiblesses des industriels français. 3. Identifier des orientations stratégiques et opérationnelles permettant de dynamiser le secteur et soutenir le développement des fabricants et distributeurs français, aussi bien sur le territoire national qu’à l’étranger. 4. Élaborer des recommandations opérationnelles et pragmatiques à destination des professionnels et des pouvoirs publics visant à faciliter leur mise en oeuvre et à accompagner les acteurs dans leurs démarches d’adaptation et d’innovation.
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Country Original Language: 
Share: 

Marché actuel et offre de la filière minérale de construction et évaluation à échéance de 2030

Title Original Language: 
Marché actuel et offre de la filière minérale de construction et évaluation à échéance de 2030
Abstract Original Language: 
Dans le contexte économique actuel et au vu des enjeux sociétaux et écologiques du secteur du bâtiment (construction neuve et réhabilitation) et des travaux publics, le dynamisme de la filière extractive et de première transformation est nécessaire afin de répondre à des enjeux forts en termes de compétitivité, de croissance et d’emplois difficilement délocalisables. Afin de contribuer à une meilleure connaissance des acteurs et du marché actuel des systèmes et produits de construction minéraux, ainsi que des évolutions prévisibles à horizon 2030, six organismes ont souhaité s’associer pour conduire une étude analytique et prospective sur l’industrie de la filière minérale. Cette étude, confiée au groupement RDC Environnement – Crédoc – BRGM, a permis d’établir un diagnostic des forces et faiblesses des différents segments de la filière, de donner une vision prospective établie sur la base de facteurs de mutation bien identifiés et de dégager des mesures opérationnelles permettant le succès des filières d’avenir. Au travers de plusieurs scénarios, cette étude conduit à: a) Établir un diagnostic précis portant sur l’extraction, la production, le recyclage ou la réutilisation des matériaux ainsi que sur l’évolution des marchés actuels (bâtiment et travaux publics), des capacités de production, des profils des acteurs, de la localisation de leur centre de décision et leur positionnement sur leur marché (nombre d’entreprises, chiffre d’affaires, emploi, balance commerciale, etc.); b) Identifier les grands enjeux des acteurs de la filière, les perspectives d’évolution du marché et des offres (accessibilité des gisements et acceptabilité de leur exploitation, enjeux environnementaux, innovations, réglementations du bâtiment, commandes publiques, effets de substitution entre matériaux, projets d’infrastructures, etc.), et la concurrence européenne et internationale; c) Identifier les enjeux environnementaux, sociaux et économiques d’une substitution des produits de la filière minérale de construction par d’autres matériaux, importés, recyclés, de courte durée de vie, déchets industriels; d) Identifier les enjeux environnementaux et sanitaires des produits de construction pour la construction du bâtiment et des travaux publics, pour leur entretien et pour leur déconstruction, leur analyse du cycle de vie, la qualité environnementale des réseaux, la durée de vie des réseaux, etc.); e) Évaluer le dynamisme de la filière en France en termes d’innovation; f) Dresser une vision prospective, à un horizon 2030, de la filière; f) Formuler des recommandations sur les politiques publiques à mettre en place pour favoriser l’accès à la ressource, soutenir la compétitivité de la filière et dégager des pistes d’actions visant à capter le potentiel de développement au bénéfice de l’ensemble de la chaîne industrielle, ou encore initier des actions collectives entre les acteurs et/ou des partenariats (innovation, co-investissement, exportation).
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Tuesday, November 22, 2016
Abstract in English: 
Dans le contexte économique actuel et au vu des enjeux sociétaux et écologiques du secteur du bâtiment (construction neuve et réhabilitation) et des travaux publics, le dynamisme de la filière extractive et de première transformation est nécessaire afin de répondre à des enjeux forts en termes de compétitivité, de croissance et d’emplois difficilement délocalisables. Afin de contribuer à une meilleure connaissance des acteurs et du marché actuel des systèmes et produits de construction minéraux, ainsi que des évolutions prévisibles à horizon 2030, six organismes ont souhaité s’associer pour conduire une étude analytique et prospective sur l’industrie de la filière minérale. Cette étude, confiée au groupement RDC Environnement – Crédoc – BRGM, a permis d’établir un diagnostic des forces et faiblesses des différents segments de la filière, de donner une vision prospective établie sur la base de facteurs de mutation bien identifiés et de dégager des mesures opérationnelles permettant le succès des filières d’avenir. Au travers de plusieurs scénarios, cette étude conduit à: a) Établir un diagnostic précis portant sur l’extraction, la production, le recyclage ou la réutilisation des matériaux ainsi que sur l’évolution des marchés actuels (bâtiment et travaux publics), des capacités de production, des profils des acteurs, de la localisation de leur centre de décision et leur positionnement sur leur marché (nombre d’entreprises, chiffre d’affaires, emploi, balance commerciale, etc.); b) Identifier les grands enjeux des acteurs de la filière, les perspectives d’évolution du marché et des offres (accessibilité des gisements et acceptabilité de leur exploitation, enjeux environnementaux, innovations, réglementations du bâtiment, commandes publiques, effets de substitution entre matériaux, projets d’infrastructures, etc.), et la concurrence européenne et internationale; c) Identifier les enjeux environnementaux, sociaux et économiques d’une substitution des produits de la filière minérale de construction par d’autres matériaux, importés, recyclés, de courte durée de vie, déchets industriels; d) Identifier les enjeux environnementaux et sanitaires des produits de construction pour la construction du bâtiment et des travaux publics, pour leur entretien et pour leur déconstruction, leur analyse du cycle de vie, la qualité environnementale des réseaux, la durée de vie des réseaux, etc.); e) Évaluer le dynamisme de la filière en France en termes d’innovation; f) Dresser une vision prospective, à un horizon 2030, de la filière; f) Formuler des recommandations sur les politiques publiques à mettre en place pour favoriser l’accès à la ressource, soutenir la compétitivité de la filière et dégager des pistes d’actions visant à capter le potentiel de développement au bénéfice de l’ensemble de la chaîne industrielle, ou encore initier des actions collectives entre les acteurs et/ou des partenariats (innovation, co-investissement, exportation).
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
341
Country Original Language: 
Share: 

The circular economy: reconciling economic growth with the environment

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Tuesday, November 15, 2016
Abstract in English: 
The circular economy transition embodies the actions and transformations which allow the different economic players (including the final users) to pursue value creation by reducing negative externalities as well as the resources that only exist in limited amounts.
Thus, the concept meets the perspective of a sustainable economic growth and relies both on innovation and on the collaboration of all economic players. This transition calls for a change, from a linear model of society based on “extraction, production, consumption, waste”, to a circular model that turns waste into resources.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
104
Share: 

Values and the Fourth Industrial Revolution: Connecting the Dots Between Value, Values, Profit and Purpose

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Monday, November 14, 2016
Abstract in English: 
Today, society faces the mammoth task of creating 1.5 billion new livelihoods by 2050 while at the same time exceeding the planet’s crucial ecological limits. With the start of the Fourth Industrial Revolution, human progress may either suffer through a catastrophic setback or experience a positive transformation. What will make the difference? Values.
The core values of human dignity, common good and stewardship have been widely endorsed over the centuries. Systemic change based on these values aims to meet people’s basic needs, with greatly reduced inequalities and in environments allowing individuals to thrive and live in peace. The required leadership and an understanding of the changes under way across all sectors are low demands compared to the need to rethink economic, social and political systems to respond to the Fourth Industrial Revolution. A common values-driven direction is clearly needed.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
36
Share: 

Into the Clouds: European SMEs and the Digital Age

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Tuesday, October 11, 2016
Abstract in English: 
Cloud computing, which relies on automatically available services, including storage, that can be shared among devices, is considered crucial to the digital transformation of industry and the economy. But fundamental questions remain on the role of cloud computing in Europe and the best strategies for fostering the conditions necessary for a barrier-free transatlantic digital economy. Is cloud computing being used to its optimum advantage across Europe, and how does that usage differ from country to country? What are the motivations behind cloud adoption—or behind the failure to adopt? And finally, what effect does the adoption of new forms of digital technology have on small and medium enterprises (SMEs)? Into the Clouds: European SMEs and the Digital Age, authored by Tyson Barker, addresses these and other questions.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
22
Share: 

Global Trendometer - Essays on medium and long-term global trends

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Thursday, October 6, 2016
Abstract in English: 
The Global Trendometer takes a close look at specialist analysis from a variety of reputable sources. Robust analysis, both of empirical data and of the historical experience, is central to the search for effective responses to the multiple challenges that are likely to face Europe in coming decades. This new publication does not offer recommendations, but it does seek to draw attention to relevant studies and to prompt reflection on how Europe can address future challenges.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
52
Share: 

5G Vision - The 5G Infrastructure Public Private Partnership: the next generation of communication networks and services

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Friday, July 1, 2016
Abstract in English: 
Future European society and economy will strongly rely on 5G infrastructure. The impact will go far beyond existing wireless access networks with the aim for communication services, reachable everywhere, all the time, and faster. 5G is an opportunity for the European ICT sector which is already well positioned in the global R&D race. 5G technologies will be adopted and deployed globally in alignment with developed and emerging markets’ needs.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
16
Share: 

Pages

Subscribe to RSS - Industry