RSS:

Newsletter subscribe:

Oil

The Future of Shale

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Tuesday, January 8, 2019
Abstract in English: 
Over the last ten years, the United States has become the world’s leading producer of oil and gas, going from energy import dependence to energy dominance. This shift is due to the ability to produce from shale plays, a story which started in Texas and grew to have global ramifications. In a new report, The Future of Shale: The US Story and Its Implications, Global Energy Center Senior Fellow Ellen Scholl looks at the factors which enabled the rise of oil and gas production from shale deposits, focusing on the developments which have transpired in Texas.
This Global Energy Center report examines the Texas experience to draw lessons learned for countries hoping to utilize their shale resource potential and implications for global energy markets and geopolitics. The report concludes that the US case illustrates the challenges of operating in both a rural and an urban environment, underscores the unique advantages of the enabling ecosystem in the country, and demonstrates the importance of size and scale.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
24
Share: 

Post-Vienna: Prospects for Iran's Oil Production and Exports

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Friday, January 6, 2017
Abstract in English: 
Since the 1979 revolution, recurring rounds of sanctions and eight years of war with Iraq have hammered Iran’s oil production and export capacity. Despite boasting the fourth largest proven oil reserves in the world, Iran’s oil production and exports languished at 4 million barrels per day (mb/d) and 2.5 mb/d, respectively, in 2011.The entrance of the European Union and United States into an even more stringent sanctions regime in 2012 further crippled an already hamstrung industry. Iran’s crude exports dropped 40 percent to 1.5 mb/d in 2012 and sunk to an average of just 1 mb/d by 2014 as foreign markets closed, international investment evaporated, and supply chains withered.Now, as the Joint Comprehensive Plan of Action nuclear deal ushers Iran back into international energy markets, its oil and gas industry is poised to reach its full potential. The impacts promise to be profound and wide reaching as oil sales provided 80 percent of Iran’s export earnings and 60 percent of its state revenues in 2013. With Iranian oil production and exports already rising following the nuclear deal, this paper examines scenarios for Iran’s full reentry into international oil and gas markets.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
11
Share: 

Enjeux et perspectives des filières industrielles de la valorisation énergétique du sous-sol profond

Title Original Language: 
Enjeux et perspectives des filières industrielles de la valorisation énergétique du sous-sol profond
Abstract Original Language: 
Cette étude vise à établir un diagnostic quantitatif et qualitatif des acteurs implantés sur le territoire français des filières de la valorisation énergétique du sous-sol profond et de la structuration de ces filières. Ces filières comprennent l’exploration et la production pétrolières et gazières (E&P), le stockage géologique d’hydrocarbures liquides et gazeux, le stockage géologique de CO2 et la géothermie profonde. Réalisée entre mi-2014 et mi-2015, cette étude a été conduite dans une période de changements significatifs tant structurels que conjoncturels, avec notamment un retournement marqué des prix des énergies fossiles. La conjonction de ces facteurs internes et externes amène les différents acteurs des filières à promouvoir des pistes innovantes d’accompagnement pour affirmer la compétitivité et l’expertise des entreprises des filières en France et sur les marchés à l’export, tout en construisant un modèle d’exploitation responsable et durable du sous-sol profond, vectrices d’emplois sur le sol national. La France a pris des engagements énergétiques forts à moyen et long termes. Le pays prévoit notamment de réduire sa consommation d’énergie finale de 20% en 2030 et 50% en 2050 par rapport à 2012, de baisser sa consommation d’énergies fossiles de 30% en 2030 et d’augmenter la part des renouvelables à 23% en 2020 et 32% en 2030. À l’heure actuelle, les hydrocarbures assurent encore 44% de la consommation d’énergie primaire en France métropolitaine, avec une part croissante de la consommation de gaz naturel. Même si les énergies renouvelables sont en croissance, l’électricité est produite majoritairement à partir du nucléaire (74% en 2013). Le processus de transition énergétique doit être envisagé sur une longue période et l’évolution des filières énergétiques du sous-sol profond doit être repensée en synergie avec ce processus et au vu des questions de dépendance énergétique et de réindustrialisation du territoire français. Dans le contexte actuel de promotion de la transition énergétique, l’État n’intègre pas la filière de l’E&P alors qu’elle a un rôle certain à y jouer à l’horizon 2050, par exemple au travers de transferts technologiques, d’une utilisation propre des énergies fossiles ou encore du rôle du gaz naturel dans ce processus. Plus globalement, l’ensemble des filières répond à l’objectif de transition énergétique vers un mix moins carboné par l’utilisation de la géothermie profonde pour la production de chaleur et d’électricité, à l’exigence de sécurité énergétique par une exploitation des énergies fossiles raisonnée et respectueuse de l’environnement et, enfin, à la nécessité de proposer des solutions de stockage d’énergies propres pour compenser l’intermittence des énergies renouvelables. Enfin, les filières énergétiques du sous-sol profond constituent des éléments structurants du tissu industriel français et contribuent au rééquilibrage de la balance commerciale par leurs exportations. L’intérêt de maintenir le dynamisme et la compétitivité de ce tissu industriel est réel dans une optique d’attractivité globale de l’ensemble de l’industrie française et de maintien de l’emploi sur le territoire. Des filières historiques, au coeur de la politique énergétique française, tirées par des champions agissant sur la scène internationale, générant de l’emploi et un fort chiffre d’affaires principalement à l’exportation.
Original Language: 
Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Friday, March 11, 2016
Abstract in English: 
Cette étude vise à établir un diagnostic quantitatif et qualitatif des acteurs implantés sur le territoire français des filières de la valorisation énergétique du sous-sol profond et de la structuration de ces filières. Ces filières comprennent l’exploration et la production pétrolières et gazières (E&P), le stockage géologique d’hydrocarbures liquides et gazeux, le stockage géologique de CO2 et la géothermie profonde. Réalisée entre mi-2014 et mi-2015, cette étude a été conduite dans une période de changements significatifs tant structurels que conjoncturels, avec notamment un retournement marqué des prix des énergies fossiles. La conjonction de ces facteurs internes et externes amène les différents acteurs des filières à promouvoir des pistes innovantes d’accompagnement pour affirmer la compétitivité et l’expertise des entreprises des filières en France et sur les marchés à l’export, tout en construisant un modèle d’exploitation responsable et durable du sous-sol profond, vectrices d’emplois sur le sol national. La France a pris des engagements énergétiques forts à moyen et long termes. Le pays prévoit notamment de réduire sa consommation d’énergie finale de 20% en 2030 et 50% en 2050 par rapport à 2012, de baisser sa consommation d’énergies fossiles de 30% en 2030 et d’augmenter la part des renouvelables à 23% en 2020 et 32% en 2030. À l’heure actuelle, les hydrocarbures assurent encore 44% de la consommation d’énergie primaire en France métropolitaine, avec une part croissante de la consommation de gaz naturel. Même si les énergies renouvelables sont en croissance, l’électricité est produite majoritairement à partir du nucléaire (74% en 2013). Le processus de transition énergétique doit être envisagé sur une longue période et l’évolution des filières énergétiques du sous-sol profond doit être repensée en synergie avec ce processus et au vu des questions de dépendance énergétique et de réindustrialisation du territoire français. Dans le contexte actuel de promotion de la transition énergétique, l’État n’intègre pas la filière de l’E&P alors qu’elle a un rôle certain à y jouer à l’horizon 2050, par exemple au travers de transferts technologiques, d’une utilisation propre des énergies fossiles ou encore du rôle du gaz naturel dans ce processus. Plus globalement, l’ensemble des filières répond à l’objectif de transition énergétique vers un mix moins carboné par l’utilisation de la géothermie profonde pour la production de chaleur et d’électricité, à l’exigence de sécurité énergétique par une exploitation des énergies fossiles raisonnée et respectueuse de l’environnement et, enfin, à la nécessité de proposer des solutions de stockage d’énergies propres pour compenser l’intermittence des énergies renouvelables. Enfin, les filières énergétiques du sous-sol profond constituent des éléments structurants du tissu industriel français et contribuent au rééquilibrage de la balance commerciale par leurs exportations. L’intérêt de maintenir le dynamisme et la compétitivité de ce tissu industriel est réel dans une optique d’attractivité globale de l’ensemble de l’industrie française et de maintien de l’emploi sur le territoire. Des filières historiques, au coeur de la politique énergétique française, tirées par des champions agissant sur la scène internationale, générant de l’emploi et un fort chiffre d’affaires principalement à l’exportation.
File: 
Country of publication: 
File Original Language: 
Cover page image: 
Number of pages: 
192
Country Original Language: 
Share: 

Saudi Arabia’s Vision 2030

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Sunday, April 24, 2016
Abstract in English: 
To build the best future for our country, we have based our Vision for the Kingdom of Saudi Arabia on three pillars that represent our unique competitive advantages. Our status will enable us to build on our leading role as the heart of Arab and Islamic worlds. At the same time, we will use our investment power to create a more diverse and sustainable economy. Finally, we will use our strategic location to build our role as an integral driver of international trade and to connect three continents: Africa, Asia and Europe.
Our Vision is built around three themes: a vibrant society, a thriving economy and an ambitious nation.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
86
Share: 

Moving Saudi Arabia’s economy beyond oil

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Tuesday, December 15, 2015
Abstract in English: 
After a surge in prosperity over the past decade fueled by rising oil prices, Saudi Arabia’s economy is at an inflection point. We see a real opportunity for the country to inject new dynamism into its economy through a productivity- and investment-led transformation that could help ensure future growth, employment, and prosperity. In a new McKinsey Global Institute report, Saudi Arabia beyond oil: The investment and productivity transformation, we discuss how the country has significant opportunities to transform its economy to become more sustainable and less dependent on oil. Among our findings:

- The oil price boom from 2003 to 2013 fueled rising prosperity in Saudi Arabia, which became the world’s 19th-largest economy. GDP doubled, household income rose by 75 percent, and 1.7 million jobs were created, including jobs for a growing number of Saudi women. The government invested heavily in education, health, and infrastructure and built up reserves amounting to almost 100 percent of GDP in 2014.
- The country can no longer rely on oil revenue and public spending for growth, in the face of a changing global energy market and a demographic transition that will significantly increase the number of working-age Saudis by 2030. The current labor participation rate is 41 percent, and productivity growth of 0.8 percent annually from 2003 to 2013 trailed many emerging economies.
- Our model integrating Saudi Arabia’s economic, labor-market, and fiscal perspectives shows that even if the country responds to these challenging conditions with policy changes such as a budget freeze or immigration curbs, unemployment will rise rapidly, household income will fall, and the fiscal position of the national government will deteriorate sharply.
- However, a productivity-led economic transformation could enable Saudi Arabia to double its GDP again and create as many as six million new jobs by 2030 (exhibit). We estimate this would require about $4 trillion in investment. Eight sectors—mining and metals, petrochemicals, manufacturing, retail and wholesale trade, tourism and hospitality, healthcare, finance, and construction—have the potential to generate more than 60 percent of this growth opportunity.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
156
Share: 

World Oil Outlook 2014

Date of Editorial Board meeting: 
Publication date: 
Wednesday, October 1, 2014
Abstract in English: 
The OPEC World Oil Outlook (WOO) has been published annually since 2007. It presents projections for the medium-term (to 2019) and long-term (this year extended to 2040) for oil demand and supply. The main conclusions of the WOO 2014 are that oil will continue to play a major part in satisfying world energy needs, as the global economy more than doubles in size, population grows, prosperity expands everywhere, and despite a strong reduction in energy intensity. It also illustrates the growing significance of developing countries in the energy landscape and the progressive shift towards Asia as its gravity centre. Resources are amply sufficient to meet future oil needs. The WOO also emphasizes the many uncertainties associated with the global economy and non-OPEC supply.
File: 
Country of publication: 
Cover page image: 
Number of pages: 
396
Share: 
Subscribe to RSS - Oil